Collarspace.com - The Largest BDSM Community on the Planet

The Largest BDSM Community on the Planet

Horizontal Line
Vertical Line
Dom/Domme Couple, 47/44,  Near Lyon, France
Horizontal Line

Horizontal Line

Pangolin

Pangolin - photo 1
Pangolin - photo 2
Pangolin - photo 3
Pangolin - photo 4
Pangolin - photo 5
Pangolin - photo 8
Pangolin - photo 10
Pangolin - photo 11
Pangolin - photo 12
Pangolin - photo 13
Pangolin - photo 14

Vertical Line

TO READ BEFORE ANY MESSAGE, TO PREVENT MORE TIME WASTED.





If you want to contact us, or if you reply us after we sent you a mail to contact you, be prepared to give us an identifying picture (a picture of you holdind a paper where a word we ask will be hand-written). Were in the 21st century, so dont tell us youre unable to do so.





The translation of our profile in English is in the first entry of our journal (it seems people are too lazy to search there by themsleves)





Nous recherchons un mlange rare de soumission, de dpravation, et dintelligence.Une dbutante sera aussi la bienvenue lexprience compte beaucoup moins que la motivation.Monsieur est dj trs expriment, Madame est novice mais me secondera avec application, elle nattend plus quune chose docile pour entrer dans ce monde de vice en sexerant sur elle, en suivant mon exemple.

Username:

Description:

City:

Country:

Joined:

 Pangolin

 Dom/Domme

 Near Lyon 

 France

 05/28/06

 

Partner:

Gender Identity:

Sexuality:

Orientation:

Height:

Weight:

Age:

Ethnicity:

 Male

 Hetero

 Dominant

 5' 10"

 79 lbs

 47

 Caucasian

Partner:

Gender Identity:

Sexuality:

Orientation:

Height:

Weight:

Age:

Ethnicity:

 Female

 Pan

 Dominant

 5' 6"

 50 lbs

 44

 Asian

Actively Seeking:

Submissive female

Sub/Sub Couples

A Poly Household

 Loves:

 Museums (Expert)

 Bicycling (Expert)

 Anal Play (Expert)

 Bondage

 Breast Play (Expert)

 G-spot Stimulation

 Erotic touch (Expert)

 Humiliation (Expert)

 Obedience Training

 Objectification

 Vibrators (Expert)

 Science Fiction

 Web Surfing

 Volleyball

 Likes:

 Amusement Parks

 Art Galleries

 Fine Dining

 Flea Markets

 Garage Sales

 Movies

 Travel

 Camping

 Horseback Riding (Beginner)

 Walking (Expert)

 Yachting (Beginner)

 Begging

 Blindfolds (Expert)

 Cages (Beginner)

 Collars

 Eye Contact Restrictions

 Massage

 Erotic Hypnosis

 Gags

 Masks on Partner

 Medical fetish play

 Mental Bondage

 Clothing Selection

 Speech Restrictions

 Stockings

 Board Games

 Card Games

 Cartoons

 Historical Shows

 Newspapers

 Online Chatrooms

 Simulation Games

 TV News

 Cooking

 Drawing

 Archaeology

 Economics

 History

 Liberal Politics

 Libertarian Politics

 Philosophy

 Psychology

 Writing

 Lifestyle BDSM

 Swinging

 Agnosticism

 Atheism

 Buddhism

 Bowling

 Swimming

 Tolerates:

 Coffee Shops

 Canes and Crops

 Enemas (Expert)

 Local BDSM Community

 Spanking

 Arcade Games

 Curious About:

 Corner Time

 Corsetry

 Orgasm Control

 Sensation Play (Beginner)

 Sensory Play

 Shibari

 Strap-Ons

 Suspension Bondage

 Vacuum Stimulation

 Chess

 MMORPGs

 Online RPGs

 Role Playing Games

 Astronomy

 Physics

 Gor

 Polyamory

 Baseball

 Paintball

 Skiing

 Snowboarding

 Dislikes:

 Clubbing

 Gambling

 Raves

 Running

 Body Worship

 Crossdressing

 Electrical Play (Beginner)

 Exhibitionism

 Fire Play

 Gas Masks

 Hair Pulling

 Housework Service

 Massage (Giving)

 Rituals

 Oral Service

 Outdoor Bondage

 Plastic Wrap Bondage

 Pony/Puppy Roleplay

 Public Play

 Role Playing

 Watersports

 Wax Play

 Whips

 Cybering

 True Crime

 TV Sports

 Conservative Politics

 Poetry

 Catholicism

 Christianity

 Islam

 Judaism

 Auto Racing

 Basketball

 Body Building

 Boxing

 Golf

 Soccer

 Tennis

 Wrestling

 Hates:

 Shopping

 Dancing

 Hunting

 Chastity

 Foot Worship

 Masks (Wearing)

 Modern Primitivism

 Pantyhose

 Female Sovereignty

 Hard Limits:

 Diapers

 Scientology

Horizontal Line

Journal Entries:
11/23/2021 2:40:53 AM

We are looking for a rare blend of submission, depravity, and intelligence.

A beginner will also be welcome as experience counts much less than motivation.

Monsieur is already very experienced, Madame is a novice but will assist me with application, she expaspects more than a docile thing to enter this world of vice by exercising on her, following my example.


10/30/2021 5:24:34 AM

Well, after few years of silence, we start again writing in this journal.

 

First of all we are still searching. But we took time to work in the BDSM room of our house to make our project ready do.

 

So far, we had interesting contacts with a few women, but unfortunately too far away from us, with too much ties to make a relocation possible.

 

We got in touch also with a lot of daydreamers and fakes, and we learnt how to filter them.


10/26/2021 10:35:06 AM

Wow, after several YEARS the journal entries are back ?

 

What happened to CS ?

 

--

L et M


3/14/2017 12:56:16 AM
We updated our photo, mainly to show some devices newly created by Mister. We hope you will enjoy ! ;-)















Nous avons mis à jour nos photos, principalement pour montrer les ustensiles récemment fabriqués par Monsieur. Nous espérons que vous apprécierez !

10/14/2016 11:36:11 AM
We still have hope that some interesting discussions will become the D/s relationship we plan to build for years now. Wait and see. We have to find THE good one.









Nous avons toujours l'espoir que d'intéressantes discussions deviendront la relation D/s que nous ambitionnons de bâtir depuis des années. Nous attendons. Nous devons trouve La bonne personne.

2/5/2016 5:50:30 PM
We thought we were in discussion with someone... Far from us in kilometers, but close to us in her needs... But it was just a dream.
Still searching.




Nous croyions que nous étions en discussion avec quelqu'un... Loin de nous en terme de kilomètres, mais proche de nous en terme de besoins... Mais ce n'était qu'un rêve.
Nous sommes toujours en recherche.

6/3/2015 1:02:32 PM
It's time to update our journal.

The baby was born, and he takes all our free time for the moment. The attic is still in the same state, all the BDSM devices planned are waiting a better moment, or a motivated slave to put them on the top of the list of "things to do"...




C'est le moment de mettre à jour notre journal.

Le bébé est né, et il nous prend tout notre temps libre pour le moment. Le grenier est toujours dans le même état, tous les ustensiles BDSM prévus attendent un meilleur moment, ou une esclave motivée pour les mettre en haut de la liste des "choses à faire"...

1/21/2015 9:11:41 AM
In the middle of February, we will have a baby, a brother for our son. It will change something in our daily life : less free time left.
However, we're still searching the good slave for us. Someone enable to settle down a relationship in the true life, not in dreams and fantasy.









Milieu février, nous aurons un bébé, un petit frère pour notre fils. Cela changera quelque chose dans notre vie quotidienne : moins de temps libre disponible.
Toutefois, nous cherchons toujours la bonne esclave pour nous. Quelqu'un capable de bâtir une relation dans la vie réelle, et non dans les rêves et les fantasmes.

4/22/2014 12:35:25 PM

The picture N°8 displays the room where we will put all the "furnitures" and devices for our BDSM activities. Where our slave will be locked for a short or a longer time.

For the moment, it's a awful mess, but there is already the chains and wood that will be turned soon into the BDSM "furnitures" that are just plans on a paper yet.

The room is 5mX3,70m. When the plans will be finished, we will put them there too.

For the moment, the electricity is finished, plugs and light. There is one single light that can be switched on by the slave, and no plug she can use.

One ligh is red, and is switched on from outside of the room. This red ligh will be a silent order which means "be ready to be used from now". A circle painted on the ground of the room will be the place where the slave will have to wait as soon as this red light is on. Even if finally nobody enter in the room.

 

 

 

 

La photo n°8 montre la pièce où nous mettrons tous nos "meubles" et ustensiles pour nos activités BDSM. Là où notre esclave sera enfermée pour une courte ou plus longue période.

Pour le moment, c'est un grand fouilli, mais il y a déjà les chaines et le bois qui seront transformés bientôt dans les "meubles" BDSM qui sont pour l'instant juste sur le papier.

La pièce fait 5mX3,70m. Quand les plans seront finis, nous les mettrons ici aussi.

Pour le moment, l'électricité est finie, prises et lumières. Il n'y a qu'une seule lampe qui peut être allumée par l'esclave, et elle ne peut utiliser aucune prise.

Une lampe est rouge, et est allumée depuis l'extérieur. Cette lampe rouge sera un ordre silencieux signifiant "sois prête à être utilisée maintenant". Un cercle peint sur le sol sera l'endroit où l'esclave aura à attendre dès que la lumière rouge est allumée. Même si personne n'entre finalement dans la pièce.


9/1/2013 11:58:23 AM

We decided to change an attic of the house into a room for our perverted and vicious occupation.

 

 

Nous avons décidé de transformer un grenier de la maison en pièce dédiée à nos occupations perverses et vicieuses.


6/29/2013 7:19:45 AM

One thing which is new and should be told to every people interested in our offer: we have since February 2012 a child. Therefore, anyone interested in us has to understand that she will be secondary in our list of things to do, our family life "vanilla" being more important.

 

Une chose nouvelle qui doit être dite à quiconque est intéressé par notre offre : nous avons depuis février 2012 un enfant. Par conséquent, toute personne qui s'intéresse à nous doit comprendre qu'elle sera secondaire dans notre liste des choses à faire, notre vie de famille "vanille" étant plus importante.


5/3/2013 1:10:31 PM

At the same time that the work of our house, we are working also on the construction of the instruments that we will use for the one who will decide to give herself  to us. At the same time it's an occupation for our free time.

 

A woodworking machine , it is useful to make a veranda, but it can just as well make shackles , pillories , St. Andrew's crosses and other "heavy" devices. Pictures soon .


5/3/2013 1:01:11 PM

En même temps que les travaux de notre maison, nous faisons avancer le chantier de nos instruments pour travailler celle qui finalement décidera de se donner à nous, cela meuble aussi le temps laissé libre.

Une machine à bois, c'est bien pratique pour fabriquer une véranda, mais elle peut tout aussi bien fabriquer des carcans, des piloris, des croix de Saint-André et autres matériels "lourds". Des photos bientôt...

 

 


1/26/2012 1:02:06 PM

Few words to make some things clearer, it seems necessary.

 

We are not rich, we do not live in a castle, we do not have an unlimited income.

 

This should stop some daydreaming people...

 

No relationship can be build outside of reality.


12/26/2011 2:11:40 AM

A new year will arrive soon. Many changes for us in 2011, more to come in 2012. Perhaps *you* will part of theses changes.

 


6/12/2011 10:02:03 AM

Take good note of this : we won't never ever do any kind of cybersex. It's a complete lost of time, and nothing related to the relationship we want..


8/14/2010 12:46:38 PM
Sorry, the last journal entry is for french-speaking people only...

8/14/2010 12:45:47 PM

Margeanna

C'était elle, je la reconnu tout de suite.

Assise sur le banc de la salle des pas perdus de la gare, elle était en train de lire un livre, peut être en russe ?

Elle m'attendait depuis un long moment déjà, car son train était arrivé depuis le milieu de l'après-midi, et je n'avais pu me libérer plus tôt. Quand nous avions pensé notre rencontre, elle avait dit que ça ne la gênait pas, et de fait, elle avait attendu, patiemment, dans ce lieu finalement assez sordide. Elle avait attendu pour moi.

Je m'arrêtais un petit moment pour l'observer de loin. C'était la première fois que je la voyais réellement. Jusqu'à présent, nos échanges avaient été épistolaires. Heureusement, si internet m'avait permis non seulement de discuter assez librement avec elle, tout en donnant le temps suffisant pour la réflexion, il m'avait permis aussi de voir ma future esclave grâce à sa webcam.

Elle s'était montrée à moi il y a plusieurs semaines de ça. Nue. Je lui avais demandé de s'éloigner un peu de la caméra, pour que je puisse avoir une vision globale de son corps, puis de se tourner, pour voir son cul. Elle m'avait obéit sans discussion, docilement.

Elle n'était pas belle.

Oh, elle n'était pas irrémédiablement laide, non, mais elle était devenue grosse, tout simplement. Elle m'avait envoyé des photos d'elle avant, et je l'avais vue belle. Oh, là encore, pas d'une beauté de mannequin vedette, non, mais d'une beauté réelle, et indiscutable.

"Je suis monstrueuse", avait-elle admis lorsque je lui avait dit mon impression la concernant. Son accent slave avait comme adouci cette terrible constatation. C'était pourtant vrai, et je n'avais pas menti pour la flatter. Cependant, j'avais vu au delà de cette apparence actuelle, et j'avais déjà dépassé ce problème : elle avait enflé jusqu'à devenir boudinée ? Eh bien elle allait perdre cette graisse superflue. C'était aussi simple que ça. Elle avait bien entendu accepté cette nécessité. Cela allait de soi.

Cette lucidité et ce volontarisme avaient été pour moi déterminants. Je savais que j'avais trouvé avec elle ce que j'attendais depuis de nombreuses années.

C'était d'ailleurs plutôt elle qui m'avait trouvé. Elle m'avait contacté après avoir lu le profil que j'avais réalisé sur un site d'annonces spécialisé, qu'elle fréquentait aussi. Ma première réponse avait dû être plutôt laconique. Son profil indiquait une Dominatrice Russe, rien qui soit de nature à m'intéresser.

Mais elle, elle était mûre pour changer, ce qu'elle m'expliqua, de même que je pus constater rapidement qu'elle avait une maîtrise remarquable du français. Je savais ce que je voulais et je l'avais écrit très clairement, sans ambiguïté ni coquetterie ridicule, elle était prête à l'être pour moi.

Quelques discussions m'en avaient convaincu. A ceci près que des discussions, fussent-elles intéressantes, cela restait du virtuel, c'est à dire de belles paroles pouvant déboucher à tout moment sur le néant. J'avais déjà donné, je n'en étais que plus circonspect, et j'allais à la gare en me préparant à une vaine attente.

Mais elle était donc bien là, après son long voyage. Pour moi. Sa présence concrétisait tout ce qui jusqu'à cet instant n'avait été que virtuel. Oui, elle allait devenir mon esclave.

J'étais excité. Non pas l'excitation sexuelle qui précède la consommation d'une fille, ni même l'attrait de la nouveauté, non, rien à voir. J'étais excité car je sentais au plus profond de moi qu'à ce moment là très précisément commençait quelque chose d'important, de fondamental.

Elle leva le nez de son livre et m'aperçut. Elle aussi me reconnut du premier coup d'oeil. Son visage s'éclaira, et je m'approchais d'elle. Nous échangeâmes quelques banalités, je l'entendis pour la première fois m'appeler "Monsieur" ainsi que je le lui avais demandé, et ainsi qu'elle ne devait jamais cesser de m'appeler par la suite, puis nous allâmes à ma voiture. Je portai son sac, mince bagage pour un voyage pourtant si décisif.

En cours de route, nous eûmes au début une discussion superficielle, mais détendue ; rien ne laissait transparaître dans son comportement ni dans le mien l'imminence d'un grand événement. Je jouissais de son bel accent slave qui transformait la moindre de ses phrases en la magnifiant.

Je jetais à la dérobée des regards sur ma passagère, lorsque la conduite m'en laissait l'occasion. Je pouvais voir un décolleté attrayant, mais sans vulgarité, s'ouvrir sur une poitrine que l'on devinait généreuse. Je voyais la jupe courte, mais pas trop, dévoiler la moitié de ses belles cuisses. J'aimais ce que je voyais. Elle avait bien retenu ce que j'avais dit de mes goûts : une apparence très proprette et sage. Une nouvelle fois je goûtais par avance le caractère sérieux de son engagement. Elle savait n'avoir pas de deuxième chance de faire une première bonne impression, et elle avait bien intégré les éléments que je lui avais donnés. Intelligente, vive d'esprit, cultivée ; la dominer, la rabaisser à un statut infra humain n'allait en être que plus jouissif.

Profitant d'un blanc dans la conversation, je lui demandai sans transition si elle savait ce qui l'attendait sous peu, lorsque nous arriverions chez moi.

Aussi calmement que moi, elle me répondit sans hésiter "oui Monsieur".

Pas besoin de plus de précision, nous nous comprenions. Elle s'acheminait donc tranquillement vers son destin. Elle allait devenir une chose sale entre mes mains, et elle attendait ce moment.

Enfin nous arrivâmes. Elle descendit de l'auto et jeta un regard circulaire. Elle sourit. Rien ne lui déplaisait dans ce qu'elle voyait. C'était important. La maison n'avait rien de très luxueux, bien au contraire. Je n'étais pas un modèle de rangement, et on eût pu dire sans exagérer que régnait aux abords de la porte d'entrée, dans la cour, un certain désordre.

J'ouvris la porte et la fis rentrer. Elle était chez moi, arrivée à destination. Un autre voyage allait pouvoir commencer, bien différent du premier. Il ne s'agissait plus de changer de lieu, mais de changer de personnalité. De devenir autre. Même plus "une autre", mais "autre", plus proche de l'objet que du sujet. D'une jeune femme intelligente, instruite, bien éduquée, il fallait faire une truie. MA truie. C'était entendu entre nous, tout avait été dit auparavant de mes projets la concernant, le plus clairement du monde, dans des termes sans équivoque.

Mon plaisir, ma satisfaction intellectuelle et sexuelle allait désormais être au centre de ses préoccupation, et elle allait s'investir littéralement corps et âme dans cette voie. J'étais immensément exigeant, et foncièrement egocentré, mais c'est justement ce qui l'avait amenée à moi. Je savais ce que je voulais et n'entendais pas revoir mes exigences à la baisse pour obtenir un quelconque lot de consolation. J'avais la médiocrité en horreur.

Elle entra donc dans la maison, dont je lui fis faire un tour rapide afin qu'elle en ait le plan en tête et afin de poser ses affaires dans la chambre. Elle me demanda comme une faveur d'aller se rafraîchir un peu dans la salle de bain, avant l'inspection qu'elle savait être imminente, après la signature du contrat qui allait nous lier tous les deux. Elle avait fait un très long voyage, et j'acceptai donc volontiers, car j'avais aussi pour exigence une propreté et une hygiène irréprochable.

Je l'attendais dans le salon, et elle apparu peu de temps après. Sa nervosité était maintenant perceptible, et de mon côté, j'étais toujours dans le même état d'excitation qu'à la gare, mais toujours bien maître de moi. Elle avisa sur la table du salon les attaches en cuir, et les différents ustensiles destinés à la travailler, soigneusement rangés, ostensiblement présentés à sa vue. Cette vision devait déjà commencer le processus que l'insertion de ces objets dans ses différents orifices ne devaient finalement que conclure.

Je pris les choses en main et lui demandai le résultat de son analyse sanguine relative au Sida, lui donnant de mon côté ma propre analyse. Elle me tendis rapidement une feuille que j'examinai. Elle m'indiqua les champs concernant le résultat, car je ne pouvait lire, le russe m'étant inconnu. Je pus comprendre tout de même clairement qu'elle était séronégative. Cette formalité expédiée, je l'invitai à venir s'asseoir à mes côté sur le divan pour prendre connaissance du contrat que j'avais préparé et qui devait régler assez précisément les règles, et limites de notre relation pour un moment, ledit contrat étant provisoire et devant être remplacé au plus vite par un contrat définitif.

Elle le lut avec attention et sérieux, comme je m'y attendais. Concernant un paragraphe, elle fit part de son désaccord quand au fait qu'elle devait accepter d'être utilisée par d'autres homme ou femmes, sous mon contrôle. Je lui répondis que c'était une exigence que j'avais, mais que le contrat étant provisoire, elle pouvait rayer ce paragraphe. Je fis de même dans mon exemplaire du contrat, puis nous signâmes en bas des documents.

Ce à quoi elle venait de donner son aval était ni plus ni moins que sa dégradation à l'état d'objet sexuel. Elle venait d'accepter de me donner son corps et son esprit.

Isolé des autres attaches, le collier de cuir noir était posé sur la petite table basse où étaient posés les contrats. Une fois ceux-ci signés, je rangeais mon exemplaire, et celle qui désormais était mon esclave rangea le sien. Je pris alors le collier et lui passai au cou, dans un geste cérémonieux. Elle retint ses cheveux de ses mains pour faciliter la fermeture du collier, sans que j'eusse besoin de le lui demander, signifiant une nouvelle fois par ce geste son consentement total à son asservissement. Je notais qu'elle était sous le coup d'une émotion intense. Dès que le collier fut autour de son cou, je saisis l'anneau qui y était attachée, pour bien lui faire sentir cette entrave autour du cou et sa signification.

Puis je lui intimai l'ordre de se déshabiller pour que l'inspection puisse commencer. Je m'assis confortablement sur le sofa et commençai à jouir du spectacle. Elle se déshabilla silencieusement, rapidement. Elle fut bientôt nue devant moi. Elle était plus jolie que je ne l'avait imaginé suite à sa présentation par webcam interposée. Oui, elle avait de la graisse superflue, mais l'ensemble de son corps n'était pas d'une laideur totale, bien au contraire. Il restait indubitablement dans cette grosse truie un peu de la belle femme qu'elle avait été.

Du bout de ma trique en bambou, je lui caressais les seins. Elle avait effectivement de gros seins assez beaux. Je pensais que j'aurais bien du plaisir à y répandre mon sperme...

Elle attendit ainsi, nue, debout devant moi, jusqu'à ce que je lui demande de tourner lentement sur elle-même pour que je puisse la voir sous toutes les coutures. Elle avait de belles jambes et un beau cul. Sa graisse ne formait pas de ces disgracieux bourrelets qui affligent même parfois des femme plus minces.

Son cul était vraiment beau. Je lui demandai d'ouvrir ses fesses et de se pencher pour me faire voir son anus. Elle s'exécuta. Son petit trou semblait serré, et n'avait jamais été utilisé. Un anus vierge, livré à mon plaisir, moi qui avais un penchant clair pour les intromissions anales !

J'étais sexuellement excité et il me vint à l'idée de voir si elle l'était aussi. Je la fis approcher, puis, après avoir glissé ma main droite le long de sa cuisse, je lui enfilai sans plus de cérémonie un doigt, puis deux, dans le vagin.

Elle était, bien sûr, déjà bien mouillée. Je n'avais certainement pas besoin de cette vérification, mais son caractère humiliant était nécessaire, presque d'usage lors d'une inspection.

J'observais avec dégoût maintenant qu'elle était plus proche de moi qu'elle n'était pas rasée, même au niveau de la vulve. Son sexe était recouvert de poils noirs et frisés cachant les détails de ses lèvres.

Je lui fis part de mon aversion pour les poils, et de ma volonté de les lui ôter, elle se contenta de répondre un "oui Monsieur" docile.

Je la fis donc allonger sur le sofa pour l'épiler ; elle écarta ses cuisses immédiatement, précédant mon ordre. Je pensais utiliser sa pince à épiler et lui arracher tous les poils un par un, mais malheureusement elle n'en avait pas dans ses affaires. J'allai chercher une pince que j'avais dans la salle de bain, mais après quelques tentatives infructueuses, je dû me rendre à l'évidence, jamais je n'arriverais à l'épiler, ladite pince étant de mauvaise qualité. Un moment, j'envisageai la possibilité d'aller dans un magasin pour en acheter une, mais j'écartai l'idée ; je ne voulais pas perdre de temps avant de consommer mon esclave.

Finalement, observant mon air contrarié, elle proposa d'aller se raser elle-même dans la salle de bain, chose que j'acceptai de bon coeur. Le rasage ne m'étant pas agréable, contrairement à l'épilation, je lui laissai de volontiers faire le travail.

Je voulais cette épilation douloureuse non seulement pour arriver à obtenir la fente lisse que j'affectionnais, mais aussi pour lui faire sentir par cette première souffrance, qu'elle devait endurer pour mon plaisir, qu'elle était à moi. Finalement, sa proposition montrait, par un autre biais, à quel point elle était déjà à moi. Non pas seulement soumise passivement à mes désirs, mais pensant la meilleure manière de me contenter.

Elle s'éclipsa donc rapidement à la salle de bain où je l'entendis s'affairer, avant de revenir non moins rapidement pendre sa place, devant moi, debout et offerte. Elle était lisse, et sa fente désormais dévoilée me plaisait.

J'allai jusqu'à la table et saisi mes deux godemichets. Je la mis en position, jambes écartées, bras le long du corps, puis sans attendre, je commençai à la limer avec le plus petit godemichet, vibrant, le plus dur, puis je passai au plus gros, au gland bien marqué. Je ne cessais de le retirer et de l'enfoncer de nouveau. Je le fis jusqu'à sentir la fatigue dans mon bras. Je lui ordonnai alors de s'allonger de nouveau, cuisses écartées, sur le sofa. J'enfournai quelques doigts dans sa chatte désormais bien mouillée et bien dilatée et commençai à la fouiller un peu, sans la quitter des yeux pour guetter sur son visage le moindre signe me permettant de mesurer l'effet de ce geste dans son psychisme.

J'étais là dans mon élément : j'utilisais salement le corps de mon esclave et je regardai son comportement. L'alliance du physique et du psychisme.

Elle ne me déçu pas, et se laissa faire docilement tout le long.

J'étais prêt à la pénétrer, et jouir de son corps avec mon sexe. J'ôtais donc mon pantalon et mon slip, puis je la mis en position, les mains tenant des mollets bien écartés, a demi allongée sur le coin du sofa.

Après avoir ajusté le gland à l'entré de sa vulve, je rentrai dedans d'un coup de rein. Je la sautai silencieusement pendant quelques minutes, jouissant du son de ses cris étouffés, et du bruit humide de sa chatte, puis ressorti. Dans un souffle, je lui demandai de préparer sa bouche. Elle se laissa glisser par terre, accroupie, adossée au sofa, et je l'embouchai sans plus de cérémonie.

Je retins mon éjaculation.

Reprenant la maîtrise de mon corps, je me rhabillait rapidement et lui demandai de se tenir debout, les bras en l'air, mains jointes derrière la nuque. "Je vais te punir", lui-dis-je seulement. Elle s'exécuta. Notre contrat stipulait que les marques ne devaient pas être permanentes. Ce n'était nullement une concession de ma part, car je n'avait aucune prédilection pour ce genre de sévices, appréciant surtout la douleur fugace engendrée de la torture à ses conséquences visuelles.

Saisissant ma trique, je commençai à la fouetter, ni trop mollement, ni trop violemment. Les coups marquaient sa peau claire de traînées rouges. Je commençais par le dos, puis descendit sur ses fesses que je grêlais tout spécialement de coups, faisant bien en sorte de répartir les coups des deux côtés. Je la fouettais aussi sur les cuisses avant de lui demander de se retourner pour que je lui fouette maintenant le côté le plus tendre.

Elle avait toujours étouffé ses cris, et elle fit de même lorsque je la torturai par devant. Seins, ventre cuisses, je lui fis sentir la badine partout. Puis je changeai d'outil et pris mon petit martinet à chien. N'étant plus exercé depuis longtemps, je fis en quelques sorte des gammes sur son cul. Je la fis ensuite s'allonger de nouveau sur le sofa, et commençai à lui fouetter la vulve. Quelques coups suffirent pour lui faire rougir la peau.

Je m'arrêtai là. Je la sentis soulagée, mais heureuse à la fois d'avoir été maltraitée ainsi.

Quand je lui annonçai que j'allais maintenant m'occuper de son trou du cul, elle ne dit encore une fois que "oui Monsieur", de sa voix douce et calme. Je lui expliquai rapidement que je ne pouvais concevoir de l'enculer sans l'avoir au préalable lavée soigneusement. De fait, son intestin allait devenir principalement un organe sexuel, et non plus digestif, du moins dans sa partie terminale. Elle acquiesça, et nous allâmes à la salle de bains. Au passage, je pris sur la table du salon la poire à lavement.

Arrivés dans la salle de bains, je la fis monter dans la baignoire, et la fis se pencher en avant bien cambrée afin de faciliter l'accès à son anus. Une fois en position, je lui montrai de près la poire à lavement, et lui en expliquait en détail le fonctionnement, montrant sur l'appareil la profondeur à laquelle j'allais l'insérer dans son rectum, précisant que j'allais utiliser du lubrifiant en quantité suffisante pour qu'elle ne saigne pas. Elle était visiblement nerveuse, mais elle ne fit une fois encore rien pour résister. Elle restait en position, attendant que l'eau remplisse le lavabo qui me servirait de réserve pour remplir la poire à lavement.

Elle avait vraiment un beau cul, et de belles jambes.

Je lui oins la rondelle, délicatement, puis positionnai l'extrémité de la poire à lavement contre son anus. Lentement, mais fermement, je lui enfonçai l'appareil. Une brève résistance se fit sentir, mais cela entra parfaitement. Il ne me restait plus qu'à appuyer sur le réservoir, et l'eau commença à remplir sa cavité rectale. Elle étouffa un cri lorsqu'elle sentit l'eau lui envahir les entrailles. J'avais volontairement choisi une température d'eau plus froide que la température rectale afin qu'elle sente bien son rectum se remplir. Je fis passer deux ou trois autres poires, en lui indiquant quand serrer l'anus pour garder l'eau à l'intérieur sans pour autant blesser la peau délicate du sphincter anal en serrant trop fort. Elle était bonne élève, très peu d'eau sortit. J'essuyais rapidement les quelques gouttes qui passaient tout de même.

Après un moment d'attente difficile pour elle, je l'autorisai à descendre de la baignoire pour se vider dans les toilettes. L'expulsion de l'eau se fit dans un bruit épouvantable. Elle avait tellement honte qu'elle me supplia de ne pas la regarder. Bien au contraire, bien sûr, je la regardant en souriant, se vider le cul, afin de mieux être remplie juste après.

De fait, je renouvelai le travail de remplissage trois ou quatre fois, remettant parfois du lubrifiant lorsque je le jugeai nécessaire.

A chaque fois, elle reprenait docilement la position, mais me suppliait d'arrêter. Ses supplications n'eurent d'autre effet que de m'exciter, aussi, lors même que je savais qu'elle était désormais parfaitement propre à l'intérieur du cul, je lui intimai l'ordre de remonter dans la baignoire, une nouvelle fois.

Elle s'exécuta naturellement, reprenant la position. Cette dernière fois, je lui passais au moins sept ou huit poires, jusqu'à ce que je jugeasse que c'était suffisant. Je lui dis alors de se redresser. Nue dans la baignoire, elle me faisait face. Je savais son rectum et une partie de son intestin remplis par l'eau que j'avais fait pénétrer quelques secondes auparavant. Aucune envie de me résister ne transparaissait sur son visage, elle endurait simplement, puisque telle était ma volonté.

Ainsi debout, j'avais ses seins devant moi, à hauteur des yeux. Ils étaient beaux, je mis mes mains dessus, et les écrasais avec un sourire de contentement. J'enfonçais mes doigts dans la chair molle, puis je relâchais un moment, elle se courba un peu mais elle ne cria pas. En approchant nos visages l'un de l'autre, je sentis à quel point elle aimait être traitée de la sorte.

Nous nous étions bien trouvés. Elle était mûre, parfaite à mon goût.

Je la laissai un moment encore debout dans la baignoire, face à moi, en lui torturant les seins. Parfois je pinçais les tétons, d'autres parties de ses seins.

D'une faible voix, elle me supplia de l'autoriser à aller se vider.

Il n'en fallait pas plus pour me faire jouir. En souriant, je lui refusais ce droit. Elle devait encore porter dans ses entrailles l'eau du lavement. Comme punition de son audace, je lui appuyai fort sur l'abdomen pendant une bonne minute, faisant travailler un peu plus l'eau dans ses boyaux.

Enfin, je lui accordai le droit de se vider. Elle resta longtemps sur le sièges des toilettes, afin de se vider le plus complètement possible.

Quand elle eut fini, je la saisis par le collier et la ramena au salon, toujours aussi nue, mais plus humiliée que quelques dizaines de minutes auparavant.

Elle s'allongea de nouveau sur le coin du divan. Jambes repliées, cuisses écartées, naturellement. Je la regardais encore une fois. Je contemplais un long moment ses orifices. Son anus était un peu rougi, mais encore peu marqué par les lavements répétés que je venais d'infliger à ma toute nouvelle esclave.

Son sexe était assez banal, comme je l'avais constaté auparavant, mais je notais avec un peu de dégoût que la graisse qui enlaidissait le corps de mon nouveau jouet faisait du pubis un bourrelet disgracieux. Je n'avais baisé qu'une seule autre femelle ayant le même problème, et j'en gardais un souvenir désagréable.

Je lui redis combien sa perte de poids devait devenir une priorité si elle voulait me contenter. Elle redit son acceptation de cette exigence.

Ses gros seins s'écrasaient de chaque côté de son torse, mais restaient jolis à voir. Joignant le geste au regard, j'entrepris de les malaxer, pour tâter leur fermeté, et la douceur de la peau et non pour lui faire mal, comme dans la baignoire un peu avant. C'était agréable, mais ce qui l'était plus encore, c'était le regard de la fille, déchue de sa dignité humaine, mais pourtant contente. Je lisais dans ses yeux lorsque je la tripotais combien elle se sentait bien à ce moment là de n'être plus qu'une chose. Elle n'eut nulle velléité de se défendre, pas un réflexe de retrait lorsque ma main empoigna sans douceur son sein droit, puis écrasa sans plus de douceur son autre sein.

Elle m'avait parlé très tôt dans notre conversation de son complexe concernant ses seins, sitôt qu'elle m'eut envoyé des photos où l'on pouvait voir clairement cette spécificité de son anatomie.

Très jeune, elle avait eu rapidement une grosse poitrine, et elle avait vu le regard des hommes se porter sur cette partie de son anatomie. Elle concevait un dégoût certain de ces regards sur sa poitrine, qui en disaient long sur la pensée des hommes qui la regardaient ainsi.

Bien des hommes sont attirés par les grosses poitrines. Un complexe maternel refoulé s'exprime souvent de cette manière. Je ne cachais pas à ma future esclave que ce n'était pas mon cas, au contraire. J'avais toujours eu du succès auprès de femmes plutôt richement dotées de ce côté là, sans pour autant que ce fut la conséquence d'une recherche spécifique en cette direction. N'ayant nul type physique favori, j'étais au contraire libre d'apprécier les diverses manières pour une femme d'être belle.

Mais donc celle qui était désormais mon esclave avait des gros seins. Je commençai sans tarder à imaginer les sévices que je pourrais infliger à cette femelle, les outils ad hoc à construire pour parvenir à la torturer le plus efficacement. En attendant, j'avais déjà bien commencé avec la trique en bambou.

Mes yeux revinrent sur son trou du cul. Il se contractait avec de petits spasmes... Je pris le tube de lubrifiant et d'un doigt, j'enduisis l'anus et un peu de son cul autour. Reprenant une noisette de gel, je la lui enfonçait au travers de l'anus. Je la préparai jusqu'au moment où je l'estimai prête. Nos regards se croisaient tout le long de cette préparation. La petite truie était parfaitement docile.

Je la mis en levrette sur le sofa et m'enduisis la verge de gel. Puis, saisissant ses hanches, je m'introduisis lentement au travers de l'anus, puis au delà, dans la douceur chaude de ses boyaux. Je lui intimai l'ordre de me regarder afin de pouvoir lire dans ses yeux l'effet que cette sodomie produisait sur elle. J'aimais ce que je lisais dans ses yeux : un peu de douleur peut-être, mais surtout du plaisir à être ainsi avilie, et d'être ainsi dégustée par son Maître. Elle laissa s'échapper des soupirs, mais ne dit rien. Je l'enculai moi aussi silencieusement, profitant du plaisir physique provoqué par les spasmes de son anus autour de mon sexe, de la douceur du rectum, mais aussi et surtout jouissant du plaisir intellectuel de l'avoir enculée pour la première fois, le jour où elle devenait ma truie.

Finalement, je répandis mon sperme dans ses intestins. L'idée en elle-même me faisait en quelque sorte jouir une seconde fois. Je me retirai de son cul sans tarder pour regarder le spectacle délicieux d'un anus béant, se refermant par à-coups... Je lui mis un doigt lorsqu'il fut refermé. Pour parachever son humiliation.

C'était fait, elle venait de prouver par ses actes qu'elle allait vraiment réaliser tout ce a quoi elle s'était engagée en signant le contrat de soumission.

"C'est fini pour cette fois", lui dis-je en guise de conclusion provisoire. "J'ai aimé te salir, c'était bien", ajoutai-je encore en guise de félicitations. Nous finîmes donc la séance, et la vie repris la dessus. Nous mangeâmes un bon dîner, et nous eûmes une très intéressante conversation. Mais dans cette vie "ordinaire", le vice avait posé a marque. Ma truie portait son collier en cuir, et elle était nue. Elle devait le porter en permanence lorsque nous étions à l'intérieur. Elle n'avait le droit de le retirer que lorsque nous allions dehors.

En ce cas, j'avais pour usage de mettre dans le rectum de mon esclave un anus piquet plus ou moins gros selon ses capacités anales. Il constituait un "collier symbolique", porté à l'insu de tous mais bien présent à chaque mouvement de celle qui le portait.

Cette pratique, j'entendais bien la continuer, mais eu égard à l'expérience totale de ma nouvelle esclave en matière anale, et ne voulant pas occasionner de lésions douloureuses et potentiellement infectantes, je m'en abstins.

Le soir venu, je lui montrai mon lit où elle allait pouvoir dormir. Bien sûr, nue, elle devait là aussi s'apprêter à me satisfaire complètement et sans restriction. Nulle consigne en ce sens ne fut nécessaire tant c'était évident.

Elle avait froid, mais pour bien dormir, il me fallait une chambre fraîche, elle eut donc à endurer de dormir au "royaume des glaces", comme elle en vint à appeler ma chambre par la suite avec beaucoup d'humour. Elle avait froid, mais elle accepta docilement cet état de chose.

J'aimais énormément cette docilité et cette résignation, et aussi le charmant accent slave qui embellissait ses paroles, son humour...

Avant de nous coucher, je lui retirais le collier de cuir qu'elle avait porté toute la journée, signe de sa nouvelle condition, et preuve de son abandon à ma volonté.

Je la baisais dans tous les sens ce soir là. Le plaisir était partagé. Je ne savais évidemment rien de son plaisir sexuel, et cela ne m'intéressait pas, j'avais été claire avec elle, et elle comprenait bien ce que je disais : si elle prenait du plaisir lorsque je l'utilisais, c'était bien sûr un plus, mais mon exigence ne concernait que MON propre plaisir.

Elle se sentait visiblement à sa place, dans son rôle, est c'est ce sentiment qui faisait qu'elle était bien.

Je m'éveillai doucement le lendemain matin. Elle était à mes côtés, déjà réveillée, mais attendant patiemment que je fasse de même. Je lui dis bonjour avec un sourire, puis, ayant une érection matinale, je décidai de la baiser. Je lui fis part de mon intention et docilement, elle acquiesça. Mise sur le flanc, j'ajustai rapidement mon gland sur sa vulve et d'un coup de rein, je la pénétrai. Je la baisais rapidement, en lui tripotant les seins. Je lui fourrai mon sperme en elle dans un ultime raidissement de plaisir.

J'aimais cette facilité à la prendre. Elle était mouillée, et je n'eus pas de difficulté pour entrer en elle, même sans préparation. Elle me donnait pleinement satisfaction. Elle était MA truie.

Cette relation est finie depuis de nombreuses années maintenant, sans que l'un ou l'autre nous l'ayons voulu. Les accidents de la vie nous ont séparés. Toutefois j'en garde un souvenir fort. Les images peu à peu s'estompent, il en va de tous les souvenirs, et c'est sans doute une des raisons qui m'a poussé à écrire ces lignes.

Un nouveau chapitre doit maintenant s'écrire, nécessairement différent du premier. Je suis désormais marié, ma femme me suit et me seconde désormais dans mon vice, quoique totalement novice.

C'est pour tous les deux désormais que nous recherchons celle ou celles qui pourront nous satisfaire.

La recherche est difficile, d'autant plus que nous sommes exigeants, toutefois nous sommes confiants. Si vous ressentez au fond de vous que vous recherchez à devenir la truie d'un couple vicieux, contactez-nous. Peut-être ne nous entendrons-nous pas finalement, mais sans faire le premier pas on n'arrive nulle part.

 


5/9/2010 4:10:51 AM
Unfortunately, most of the interesting people here seems not to be real, or when they are, they live far away from us...

But be have hope.

5/8/2010 6:39:37 AM

New pictures added : few of our toys.

But still nobody to use them. We're searching, and wasting a lot of time here...


12/8/2009 10:27:57 AM
Great news there. Pictures.

As it seems, some people need pictures to reply back.

Don't forget to read our profile before contacting us, now. We would'nt be crushed under tons of stupid messages just because we put nice picures here.

We are searching someone, we are not showing ourselves for our pleasure...

If you're interested in us, and think we could be interested in you, don't hesitate, anyway !

11/10/2009 10:32:35 AM
I should precise a little bit what we are expecting...

Madam needs an excellent licker, since she is very sensible on her clitoris.
She wants to be treaten gently and excited slowly. She only wants a woman.

Mister wants a woman able to use her body to please a man, without access limit on her holes. He wants the submissive to be used as a love doll.

Nevertheless, both want a girl with a perfect image, like a good little girl, or the pure lady, that we will degrade in private.

This said, perhaps our seek will be clearer.

Don't hesitate to contact us, we won't bite.

8/24/2009 7:34:18 AM
Hu, I've forgotten something very important here : both of us can speak and read English ! :-)

12/20/2008 6:54:36 AM
We are currently seeking someone to serve sexually both of us.
Quite simple and clear.
For more details, message us.


Vertical Line

Vertical Line

Copyright © 2022 Collarspace.com and VSpin.net  
18 U.S.C. 2257 Record-Keeping Compliance Statement

Vertical Line



Dir | DMCA |  Privacy |  Spam |  Support |  TOS

Horizontal Line

Horizontal Line
Horizontal Line